mardi 21 mars 2017

{ Lecture } # 15 La Princesse de Clèves de Madame de la Fayette

Petite lecture par rapport à la Fac, histoire de suivre le même programme que les assidus de Rennes, je me suis plongée dans ce classique ... que je n'ai jamais lu.

L'avis sera rapide car je n'ai pas tous les outils pour l'aborder mais il s'agit principalement d'un roman sur l'amour courtois de l'époque.

Ayant lu "Deux sœurs pour un roi" de Philippa Gregory juste avant, j'admets avoir été sur la période de la Renaissance. En effet, ça se passe en parallèle du règne d'Elisabeth, après François Ier de notre côté de la Manche.


"La Princesse de Clèves" (1678)
de Madame de la Fayette
Edition Le Livre de Poche (2010)

Classique de 254 pages

4ème de couverture :

" Je vais vous faire un aveu que l'on n'a jamais fait à un mari... " Sincère, tourmentée, la princesse de Clèves ne parvient plus à taire ses sentiments. Elle brûle d'amour depuis trop longtemps pour le duc de Nemours, l'un des plus beaux fleurons de la cour d'Henri II. Son désir est ardent ! Désespéré ! Mais elle a juré fidélité à son époux, le prince de Clèves

Elle aspire au bonheur et ne peut brader sa vertu. Elle veut aimer sans trahir... Cruel dilemme ! Faut-il donc renoncer au monde ? Faire ainsi le malheur d'un mari et d'un amant ? La mort est-elle préférable aux affres de l'amour ? Du mariage au déchirement, de la pudeur au sacrifice... Madame de La Fayette exprime jusque dans ses plus impudiques silences la langue subtile de la passion.


Avis et résumé :

Dans ce livre, nous découvrons l'amour courtois, question de principe à l'époque. Bien que certains étaient libertins, il fallait faire attention à sa réputation au sein de la cour d'Henri II et c'est le cas de la Princesse de Clèves. N'ayant aucun sentiment pour son époux, elle épouse le fils du duc de Nevers, le prince de Clèves qui tombe follement amoureux d'elle et se contente d'être une épouse admirable et fidèle. Sauf qu'elle rencontre le duc de Nemours et il s'avère qu'elle a des sentiments pour lui alors qu'elle n'en a jamais eu pour aucun autre. Mais la voilà mariée, elle ne peut montrer ses sentiments à cette personne pour son image et la réputation de son mari, qu'elle apprécie comme ami.
En vient ensuite des déclarations d'amour devant passer inaperçues mais pas trop. Tel que le vol du portrait de Madame de Clèves par le duc de Nemours, la perte d'une lettre dévoilant des amours cachés mais qui est soit disant tombée de la mauvaise poche. 
Le Prince de Clèves observe les choses et se sent blessé, jaloux que sa femme puisse aimer un autre homme mais apprend qu'elle lui est restée fidèle jusqu"au bout.

La lecture n'est pas si simple quand ça fait un moment que l'on stoppe la littérature classique, le style est beaucoup plus soutenu et différent, pouvant mener à l'ennui de la lecture ou à une perte de l'histoire avec beaucoup de personnage. 
L'intrigue est surprenante et j'ai beaucoup aimé les références historiques. Est repris l'histoire d'Anne Boleyn  et d'Henri VIII. La Reine Elisabeth qui souhaite épouser le duc de Nemours. Et enfin on apprend que le roi de la cour, Henri II est le second fils de François Ier, que son père ne le voyait pas roi donc lui a laissé sa maîtresse, Diane de Poitiers/la duchesse de Valentinois être la maîtresse de son fils.afin de le "rendre plus vif et plus agréable".



❀❀❀

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWinthin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...